Périnée et ménopause

18 octobre 20170

Quand l’intelligence corporelle soutient l’un et l’autre

mercredi 18 octobre – journée mondiale de la ménopause

 

Le cycle de vie des femmes va comme leurs cycles menstruels et comme les saisons. On aime chaque saison pour ses avantages et ses inconvénients nous hérissent si nous ne nous y préparons pas et ne les acceptons pas. Symboliquement, la péri-ménopause et le début de la ménopause correspondraient à la phase prémenstruelle ou à l’automne avec leurs aspects positifs et ceux qui demandent plus d’attention. Ils sont des temps de fruits mûrs et de récoltes quand le soleil se fait plus doux dans le ciel, que les lunes et les marées sont intenses dans l’océan, que les vents forts côtoient les couleurs chatoyantes des feuillages, s’harmonisant parfois ou bien bousculant tout d’une rafale.

Dans le cycle de la vie et les événements de celles-ci, le périnée des femmes connaît nombre de transformation, de variation, de forces et de vulnérabilité. « On » le voudrait toujours tonique et sans faille de comportement suivant la tendance du moment. Toutefois, ce n’est pas ainsi que va le quotidien. Celles qui observent leurs variations mensuelles naturelles connaissent aussi les variations de leur corps, de leurs émotions, de leur vitalité ainsi que leurs besoins et leurs ressources. L’arrivée progressive de l’automne de leur vie après un été indien souvent plein de beauté ne les inquiètera pas. Toutefois, dans un monde où tout est organisé pour la performance, zéro vulnérabilité, tonicité et autre efficacité, il est difficile d’imaginer que l’automne puisse « tout à coup » succéder à l’été et même que l’hiver ne soit pas une pathologie à éradiquer.

En perdant le contact avec leur corps à la recherche de beauté de magazine et d’efficacité linéaire (ce qui est contre nature pour une femme), certaines femmes perdent le contact naturel avec leur base, leur nature profonde, leurs besoins. Le périnée des femmes ne l’oublie pas. Dans cette période de transformation, de ralentissement progressif de la vitalité, de changements hormonaux, les femmes se trouvent parfois soudainement dépassées par des symptômes qui semblent surgir de nulle part. Elles veulent une solution maintenant, tout de suite, une solution locale et « de mécanique musculaire locale ». Elles s’éloignent plus encore de leur corps féminin qui ne répond pas à la mécanique et encore moins à une réparation instantanée de quelque chose qui s’est installé de longue date en sourdine.

Ni médecin, ni professionnelle de santé, je suis formée à la physiologie et à l’anatomie de manière globale, sensitive et « appliquée », c’est à dire liée à l’observation et au bon sens. La pathologie n’est pas mon métier. De fait, dans ma pratique, je considère qu’un symptôme n’apparaît jamais soudainement. Il y a souvent eu de nombreux signes, même petits, qui l’ont précédé et beaucoup de disfonctionnement d’écoute corporelle et de comportement qui ont mené là. Lors de la ménopause, les nombreuses transformations corporelles et hormonales favorisent l’apparition de symptômes qui se sont préparés de longue date dont les fuites urinaires et descentes d’organes entre autre. « Accuser » la ménopause ou les accouchement me semble bien rapide, là où tout un comportement est à remettre dans un contexte d’une transformation normale. Dans ce contexte-là, le temps que l’on s’offre, de même que l’écoute et la connaissance de soi sont des clefs essentielles à un « de mieux en mieux être ». Le périnée des femmes a en priorité besoin de ce temps, de respect, de douceur et d’écoute, dans un environnement favorable loin des croyances et autres diktats de mode et de « il faut » fixé par des « autorités » extérieures  à soi. Le potentiel des femmes est là et leur base, leur périnée est fort de ce potentiel-là, dans la grande intelligence du corps humain. C’est tout un changement de regard de cesser la fragmentation pour s’ouvrir à une globalité.

Efféa Aguiléra

Thérapeute psychocorporelle et danse thérapeute en Expression Sensitive®

Auteure de « Rituels de femmes pour découvrir le potentiel du périnée » (2015) et « un périnée heureux, c’est possible ! (janvier 2018), aux éditions Le Courrier du livre.

 

Illustration de Aline Jayr http://www.alinejayr.fr – extraite de mon livre «un périnée heureux, c’est possible !» à paraître en janvier 2018

Laisser un commentaire ?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.